Promenade au Cap Nord

Le Cap Nord est l’un des plus grands express de l’Afrique australe et le moins peuplé, coincé entre l’Atlantique et la frontière namibienne. Il n’ya guère d’affaires de voyageurs dans cet article, mais ceux qui font le voyage seront enthousiasmés et émerveillés par les grands paysages, les magnifiques phénomènes normaux et le fond fascinant. Il est rare que la planète naturelle se place sur ce genre de spectacle, comme le Namakwadesert 100% en fleurs. Une mosaïque de plantes d’extérieur orange, jaunâtre, de couleur blanche et pourpre éclaboussant la vision a tendance à tomber en cascade dans des vallées lointaines et à inonder le panorama à perte de vue. La plupart des fleurs appartiennent aux membres de la famille des marguerites (Asteraceae) et, chose intéressante à noter, les expositions les plus étonnantes ont de loin tendance à se manifester non pas dans des réserves naturelles parfaites, mais sur un sol relativement contrarié, comme une terre en jachère. Les fleurs sont des fidèles adorateurs du soleil, ne démarrant qu’entre 11h et 16h par temps chaud et tournant la face au soleil, de sorte que vous obtiendrez les meilleures vues (et photos) avec le soleil dans votre dos. La chance est essentielle pour arriver à rencontrer cet affichage naturel à son altitude. La période de floraison de Namakwa se terminera en août, mais pourrait être transférée vers juillet ou au plus tard en septembre. Le moment précis et la concentration des floraisons dépendent des mois les plus froids de l’hiver. La floraison commence au nord près de la frontière avec la Namibie et se dirige vers le sud en direction du Cap. Le Goegap Mother Nature Hold autour de Springbok et le parc fédéral de Namaqua, près de Kamieskroon, sont d’excellents endroits pour rechercher des fleurs, mais il est conseillé de demander de l’aide rapidement à proximité en appelant la hotline florale. Le Haut-Cap porte une deuxième chaîne organique à l’avant, constituant un haut lieu de la biodiversité pour la végétation succulente. Contrairement aux champs de pâquerettes spectaculaires qui impressionnent de loin, les succulentes intéressantes sont dans leur meilleur examen sous fermé. Il peut y avoir un assortiment massif à présent, des très petites «plantes rocailleuses» groupées près du sol aux fleurs rouge vif des «autruches vygies» aux pétales effilés comme des plumes d’autruche. Nombreux ont des traits anthropomorphes troublants, par exemple des feuilles en forme de bouche incluses dans des mottes d’arrosage étincelantes telles que des papilles gustatives, ou peut-être la «plante à doigts bandés» qui ressemble à des mains de momie égyptienne sortant du sol. La reine des plantes succulentes sera le carquois. Telle un aloès-vera poussant sur des stéroïdes, son bulbe épineux laisse tout simplement le voile vers le ciel, tandis que des papery découvrent des aboiements qui se détachent de la zone de son tronc brisé dans la literie. Les bushmen des San utilisaient les branches des arbres pour produire des carquois, se creusant dans l’intérieur spongieux et utilisant le tuyau pour transporter leurs flèches. L’arbuste inhabituel ne se présente que dans cette partie de la partie méridionale de l’Afrique. L’endroit le plus impressionnant pour découvrir où ils se trouvent est l’une des nombreuses «forêts d’arbustes à carquois», où plusieurs arbres et arbustes, parmi lesquels années, équipe sur l’étendue du territoire qui a un meilleur apport en eau par rapport au désert environnant.