3ème conférence stratégique du Kosovo

3ème conférence stratégique du Kosovo

À partir de 1998, la Serbie a mis en œuvre une stratégie de contre-insurrection difficile qui s’est soldée par des massacres et d’énormes expulsions d’Albanais culturels (quelque 800 000 Albanais de souche avaient subi des pressions depuis leurs maisons au Kosovo). Après l’échec des tentatives mondiales de médiation, l’affrontement de 3 à 30 jours de l’OTAN en direction de la Serbie à partir de mars 1999 a forcé les Serbes à consentir à retirer leur armée et leurs forces de police du Kosovo. Protection des Nations Unies La résolution 1244 (1999) du Conseil ou de l’autorité locale a placé le Kosovo sous administration transitoire, l’objectif de supervision intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK), en attendant la persévérance du Kosovo sur le long terme. Un processus dirigé par l’ONU a débuté fin 2005 pour déterminer le statut final du Kosovo. Les négociations sur les conditions de 2006-2007 se sont terminées sans accord entre Belgrade et Pristina, bien que l’ONU ait publié un rapport complet sur la position finale du Kosovo qui soutenait la liberté. Le 17 février 2008, le Kosovo Set up a déclaré le Kosovo indépendant. Depuis lors, plus de 100 lieux ont identifié le Kosovo et il est devenu membre de plusieurs organisations mondiales. En octobre 2008, la Serbie a sollicité l’avis de votre Global The Courdroom of Proper Rights (CIJ) sur la légalité en vertu du règlement mondial de la déclaration d’indépendance du Kosovo. La CIJ a présenté le point de vue consultatif en juillet 2010 affirmant que la déclaration d’indépendance du Kosovo n’a pas violé les concepts communs du droit mondial, la résolution 1244 du Conseil de sécurité des Nations Unies ou même la plate-forme constitutive. L’avis était étroitement personnalisé en fonction de l’histoire et des conditions particulières du Kosovo. Démontrant l’amélioration du Kosovo en une région souveraine, multiethnique et démocratique, la communauté internationale a terminé la période de l’indépendance surveillée en 2012. Le Kosovo a maintenu ses dernières élections nationales et municipales en 2017. La Serbie rejette systématiquement la liberté du Kosovo, néanmoins les deux nations ont convenu en avril 2013 pour normaliser leurs associations via des discussions facilitées par l’UE, qui ont créé de nombreux accords successifs que les événements s’engagent à utiliser, mais ils n’ont peut-être même pas atteint une normalisation approfondie des associations. Le Kosovo cherche une intégration complète dans le voisinage mondial et a poursuivi des reconnaissances bilatérales et des adhésions à des agences mondiales. Le Kosovo a autorisé un accord de stabilisation et de connexion avec l’ensemble de l’UE en 2015 et a été appelé par un rapport de l’UE de 2018 parmi six nations traditionnelles des Balkans occidentaux qui peuvent s’inscrire à l’entreprise dès qu’elle remplit les critères d’adhésion. Le Kosovo recherche également des adhésions à l’ONU ainsi qu’à l’OTAN. Le Kosovo a enregistré son tout premier déficit budgétaire public en 2012, lorsque les coûts publics ont fortement augmenté. En mai éventuellement 2014, le gouvernement a lancé une augmentation de salaire de 25% pour les employés du secteur public ouvert, voyage ainsi qu’une augmentation égale des récompenses sociales en particulier. Les bénéfices centraux n’ont pas pu préserver ces augmentations, et le gouvernement fédéral a également été contraint de minimiser ses actifs de fonds prévus. Le gouvernement américain, dirigé par l’excellent ministre MUSTAFA – un économiste de formation – a récemment créé de nombreux ajustements au plan fiscal, augmentant la liste des importations en franchise de responsabilité, diminuant la taxe utile (TVA) pour les produits alimentaires de base et les services publics généraux, et améliorant la TVA pour ces autres marchandises. Alors que l’économie du Kosovo a continué de progresser, le chômage n’est pas abaissé, ni le niveau de logement élevé, faute de réformes économiques et d’achats.