Une réunion internationale sur l’environnement et le danger de la pollution

Des experts du PSI de l’Institut Paul Scherrer, ainsi que des collègues d’un certain nombre d’autres organisations occidentales, ont examiné si les particules font une différence par rapport à des ressources spécifiques peuvent être particulièrement dommageables pour la santé individuelle. Ils ont découvert des données selon lesquelles la quantité de particules à elle seule n’est pas vraiment le meilleur risque pour la santé. Au contraire, ce peut être ce qu’on appelle le possible oxydant qui crée une pollution atmosphérique particulaire si dommageable. Ceux-ci soumettent aujourd’hui leurs résultats dans la revue scientifique Character. Les particules sont probablement les meilleurs risques pour la santé provenant de la pollution atmosphérique et, selon de nombreuses études scientifiques, elles représentent plusieurs millions de décès chaque année. Cela signifie qu’une qualité inadéquate de l’air et des particules sont probablement les facteurs de risque pour la santé les plus importants, aux côtés de l’hypertension, du tabagisme, des problèmes de diabète et des problèmes de poids. Néanmoins, ce qui rend la pollution particulaire si dangereuse n’est pas connu avec précision. En collaboration avec un groupe de collaboration international, les scientifiques de l’institution Paul Scherrer PSI ont maintenant appris que la quantité de toxines particulaires n’est pas vraiment le seul facteur définitif lorsqu’il s’agit de problèmes de santé. Le potentiel oxydatif des particules fait une différence étant un risque pour la santé « Dans cette étude, nous avons principalement considéré deux points », explique Kaspar Dällenbach du groupe d’investigation de la biochimie des phases du carburant et des aérosols du PSI. « Tout d’abord, quelles sources en Europe sont responsables de la soi-disant perspective oxydative du problème des particules (également connu sous le nom d’aérosols) et, ensuite, si les risques pour la santé de ces particules font une différence est dû à son oxydation possible. » Ici, le mot «prospective oxydative» renvoie à la capacité de l’émission de particules à minimiser la quantité d’antioxydants, ce qui peut entraîner des dommages dans les cellules et les tissus du corps humain. Dans un premier temps, ils ont exposé les tissus des voies respiratoires de votre être humain, appelés tissus épithéliaux bronchiques, à des échantillons exempts de particules et testé leur effet biologique. Lorsque ces matériaux cellulaires sont anxieux, ils fournissent un composé de signalisation pour les mécanismes de défense, qui déclenche des réponses inflammatoires dans votre corps. Les chercheurs pourraient en fait révéler que les particules avec une perspective oxydative élevée intensifient la réaction inflammatoire des cellules. Cela implique que la perspective oxydative détermine à quel point le problème des particules est dommageable. Le lien de causalité entre une augmentation possible de l’oxydation et un risque pour le bien-être n’est néanmoins pas sans aucun doute mis en place, selon Dällenbach. « Néanmoins, la recherche est encore une autre indication claire que cette relation peut réellement être trouvée. » Une revue associée dirigée par le Collège de Berne a démontré que les tissus des personnes atteintes de la maladie pré-actuelle unique, la fibrose kystique, présentent une protection fragile contre les particules. Alors que dans les cellules saines, un mécanisme de protection antioxydant pouvait arrêter la progression de l’effet enflammé, Promotion du tourisme la capacité de défense dans un matériau cellulaire malade n’était pas suffisante. Cela a entraîné une amélioration de la mortalité mobile. En outre, les chercheurs ont collecté des échantillons exempts de particules dans différentes régions de Suisse. En utilisant une approche de spectrométrie en masse produite au PSI, ils ont analysé la composition de la matière particulaire. Le compte de substance ainsi obtenu pour chaque échantillon de particules suggère les sources dont il provient. En outre, des collègues de Grenoble ont déterminé la prospective oxydative des mêmes échantillons afin d’obtenir un signe du danger pour la santé globale de l’être humain. À l’aide d’analyses complètes et de techniques statistiques, ils ont ensuite déterminé la possibilité d’oxydation de toutes les options d’émission associées. Sur la base de ces informations expérimentales, ils ont utilisé un produit informatique pour calculer les emplacements en Europe en utilisant le maximum d’oxydation possible en raison du problème de particules tout au long de l’année, et ils ont reconnu principalement les zones urbaines, y compris l’argent français Paris et la vallée du Pô en Haute-France comme essentielles. zones.